pastille espace citoyen
site de la ville de Triel
Découvrir le fonds

Véritable mémoire de la ville, des personnes, des évènements de la commune, les archives communales répondent à une nécessité administrative, juridique et historique. Les archives de la Ville de Noisiel sont particulièrement riches. Elles représentent 432 mètres linéaires de documents.

Inventaire municipal

Registre de la paroisse Conformément au classement commun de toutes les archives communales de France, les archives sont classées en trois grandes périodes : ancienne (1626 à la Révolution), moderne (1790-1982) et contemporaine (1983 à aujourd’hui).
Les documents y sont regroupés par séries et sous-séries pour le fonds des archives anciennes et modernes, et par versements pour les archives contemporaines.
Les archives iconographiques sont classées séparément.

La plus ancienne archive conservée date de 1626. Il s’agit du 1er registre de la paroisse Saint Médard où sont enregistrés les baptêmes, mariages et sépultures.
Noisiel possède également le 1er registre des délibérations du Conseil municipal daté de 1790 - le plus ancien de toutes les villes du Val-Maubuée.
La majeure partie du fonds communal est constituée des documents produits ou reçus par l’Administration communale depuis le 19e siècle.

- Fonds ancien (archives de 1626 à la Révolution)

Le fonds ancien des archives communales de Noisiel comporte uniquement la série GG.

Fonds ancien

- Fonds moderne (archives de 1790 à 1982)

Ce fonds d’archives est particulièrement riche notamment durant la période correspondant à l’activité industrielle liée à la chocolaterie Menier.
En effet, cinq générations de Menier ont exercé, parallèlement à leur fonction d’industriels, des mandats de maires (période de 1871 à 1959).

Archives communales - A à F Archives communales G à J Archives communales K à S

- Fonds contemporain (archives de 1983 à aujourd’hui)

Ce fonds est particulièrement intéressant puisqu’il correspond à l’évolution de la ville nouvelle.

Fonds contemporain

Archives iconographiques

Archives iconographiques

Conditions de consultation et délais de communicabilité

Quelques-uns des trésors de la Ville

- 1er registre paroissial (1626-1674) 1er registre paroissial

Cette pièce d’archive est la plus ancienne détenue par la Ville de Noisiel.
En bon état de conservation, ce registre, écrit entièrement à la plume sur des feuilles en papier chiffon, était tenu par le curé de la paroisse St Médard de Noisiel où il y inscrivait les baptêmes, les mariages et les sépultures (BMS).
Les registres paroissiaux tiennent lieu de registres d’état civil jusqu’à la Révolution. Tous les registres paroissiaux ont été numérisés (accès intranet en mairie).

- 1er registre des délibérations de la commune de Noisiel (1790 à 1808)

Composé de 18 cahiers de feuillets manuscrits à la plume et recouvert d’une ancienne reliure en parchemin, ce registre est particulièrement intéressant car il informe sur les débuts de l’institution municipale et sur la période révolutionnaire.
Des six communes de l’actuel Val-Maubuée, seule Noisiel a conservé le registre des délibérations municipales de cette période particulièrement mouvementée. 1er registre des délibérations
La table des actes (de 1790 à 1796) élaborée à partir du registre en facilite la lecture et permet de mettre en lumière les thèmes centrés autour de l’administration municipale, des problèmes économiques, de la guerre, de la vie quotidienne et des questions religieuses de cette période.
Une caractéristique de ce registre réside en la présence d’actes de naissances, de mariages et de décès en fin de registre ; ces actes étant normalement intégrés dans les registres paroissiaux (jusqu’en 1792) où dans les registres d’état civil (après la Révolution).
Une autre particularité de ce registre est l’orthographe de "Noizielles" sur la couverture en parchemin ainsi que la présence des annotations suivantes (année 1801) :
« Observations sur la tenue du registre mariage : 1) Observer que les garçons ne peuvent se marier avant d’avoir atteint l’âge de quinze ans et les filles celui de treize ans ».

- Plan des terres de Champs et de Noisiel (1825) Plan des terres de Champs et de Noisiel

Ce plan dévoile les terres appartenant à Monsieur le Duc de Levis (pair de France, ministre d’État, chevalier d’honneur de Madame la Duchesse de Berry) et à Monsieur le Duc de Ventadour.
Fait en 1825, par Bussery, géomètre de 1ère classe, attaché au département de Seine-et-Marne.
Echelle 1/5000e - (160 x 130 cm).
Ce plan sera exposé dans le futur CIAP (Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine) aux anciens réfectoires de la cité ouvrière de Noisiel.