pastille espace citoyen
site de la ville de Triel
Les écoliers entraînés à se protéger face à un risque d’accident majeur

Le 11 mars dernier, les 1 680 écoliers de Noisiel ont participé à un exercice de mise en sécurité face à un risque d’accident majeur.

En application du Plan particulier de mise en sureté (PPMS), dans les établissements scolaires, visant à faire face à une situation de crise liée à la survenue d’un accident majeur (tempête, inondation, pollution chimique…), la Ville et l’Éducation nationale ont mis en place conjointement un exercice préventif pour les écoliers et les personnels, le 11 mars dernier.

Entre 8 h 36 et 8 h 46, les directions des douze établissements maternels et élémentaires recevaient ainsi une alerte téléphonique provenant des services techniques municipaux.

Le scénario avait été soigneusement choisi et l’agent municipal a répété le même message lors de chacun de ses appels : « La préfecture vient de nous annoncer une tempête violente qui provoque d’importants dégâts. Nous activons la cellule de crise car le vent s’intensifie, des tuiles des toits s’envolent. Le PPMS est déclenché ! ».

Aussitôt, tous les enseignants et le personnel municipal scolaire et périscolaire sont entrés dans le rôle prédéfini qui leur avait été attribué lors des réunions préparatoires, et ils ont opté (entre mise à l’abri et évacuation) pour la solution la mieux adaptée aux circonstances qui leur était décrite, afin de mettre en sécurité les enfants et les personnels.

Ainsi, imaginant bien que des tuiles de toiture étaient projetées de toute part et peut-être même que des branches tombaient et que des arbres menaçaient de s’arracher, les élèves ont été invités à quitter leur classe et à rejoindre la salle dite “de confinement”.

Cet espace de l’école, localisé sur un plan, est choisi pour sa moindre exposition aux dangers extérieurs éventuels. Ainsi, c’est celui qui dispose du moins possible de surfaces vitrées, tout en restant proche des sanitaires.

Tout le matériel nécessaire y est stocké en permanence et renouvelé chaque année (trousse de première urgence, bouteilles d’eau minérale, couvertures de survie, réserves de sucre…). Une ligne téléphonique filaire est installée à proximité pour garder contact avec les autorités (mairie, préfecture, inspection académique, rectorat), les services de secours, les familles. Des rouleaux de ruban adhésif sont prévus pour isoler les jointures de fenêtres et couvrir les surfaces vitrées, en vue de limiter selon les circonstances la pénétration de gaz ou éviter les projections de bris de verre. Et des jeux et livres sont mis à disposition des enfants pour que le temps d’attente soit le mieux vécu possible avant l’arrivée des moyens d’intervention extérieurs.

Au terme de cet exercice finalement bien vécu par les écoliers, le dispositif a été levé. Une réunion de bilan se tiendra d’ici la fin de l’année scolaire avec l’inspection académique, l’ensemble des enseignants concernés, en lien avec les services techniques et administratifs municipaux référents, afin d’optimiser le dispositif et mettre en place des solutions toujours plus adaptées.

Cet entraînement mené dans le cadre du PPMS sera renouvelé l’an prochain avec un nouveau scénario de danger majeur et il reste bien évidemment complémentaire des exercices de prévention incendie qui sont menés habituellement dans chaque établissement, trois fois par an.