site de la ville de Triel
Partage d’expériences

Six Noisiéliens ayant participé à des instances d’échange au coeur de leur quartier, nous offrent leur témoignage.

Almasy Mamoudhoussen : « Après cette rencontre, la municipalité est intervenue auprès de mon bailleur social »

(63 ans, en recherche d’emploi, quartier de la Ferme-du-Buisson, Noisiélienne depuis quinze ans)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la rencontre de quartier organisée dans le quartier de la Ferme-du-Buisson en septembre dernier ?
« D’une manière générale, je participe régulièrement aux activités et festivités qui agrémentent la ville. J’aime découvrir de nouvelles choses, partager des expériences et échanger des idées, j’ai d’ailleurs eu l’occasion de m’investir dans différentes associations présentes sur la commune, soit en participant à des réunions ou en apportant mon aide lors de fêtes de quartiers.
Cette rencontre de quartier était une occasion d’approcher le Maire, je me demandais s’il était accessible. Je souhaitais lui faire part d’une problématique rencontrée en tant que locataire au sein d’un logement social. Je portais également un projet professionnel à développer dans la commune et je souhaitais savoir comment lui en faire part. »

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec le maire et l’équipe municipale ?
« Cela a été très positif, un pas a été fait car j’ai pu parler directement au maire de ma problématique. Il y avait un dysfonctionnement au niveau du chauffage de ma résidence. Après cette rencontre, la municipalité a pu intervenir auprès de mon bailleur social permettant ainsi de faire avancer les choses. Cette visite a également permis plusieurs améliorations dans le quartier, que ce soit par exemple au niveau du stationnement ou encore de la signalisation.
Concernant la présentation de mon projet professionnel, je sais désormais que je pourrai demander un entretien avec le maire à l’occasion de ses permanences. Je tiens à défendre et monter ce projet car il y a beaucoup de choses à faire à Noisiel, notamment avec l’arrivée de nouveaux habitants et plus globalement dans le cadre de la transformation de la ville. »

Encourageriez-vous d’autres habitants à participer à ce type de démarche ?
« Oui bien sûr, je le fais déjà ! Je pense que ce genre de rencontre devrait mobiliser encore plus d’habitants, les gens râlent mais n’osent pas se déplacer, ils ne doivent pas être impressionnés et plutôt profiter de ce type d’opportunité. »

Boris Coudray : « Faire avancer les choses positivement à Noisiel »

(32 ans, contrôleur de gestion, quartier du Luzard, Noisiélien depuis cinq ans)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à l’atelier de concertation “Espaces publics et mobilité” ainsi qu’à l’atelier “Programmes”, initiés par la municipalité dans le cadre du projet de requalification du quartier du Luzard ?
« J’habite ce quartier, plus largement cette ville, et je voulais m’investir dans son développement. Ces ateliers étaient l’occasion de donner mon avis, d’apporter des solutions et donc de mieux préparer l’avenir. J’avais envie de faire avancer les choses positivement à Noisiel. Il était d’autant plus indispensable pour moi de m’y rendre, qu’il y a encore quelques années, l’avis des habitants d’une commune, n’était pas forcément demandé pour ce genre de projet.
Cela me donnait aussi l’opportunité de m’exprimer au nom de tous les habitants de ma résidence, sur les problématiques quotidiennes rencontrées autour de la Place de l’horloge ».

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec l’équipe municipale, les architectes, l’Épamarne et le San (aujourd’hui Communauté d’agglomération) ?
« Cela m’a permis de connaître les élus locaux, de m’exprimer, d’échanger nos points de vue.
Sur le sujet de la Place de l’horloge, abordé lors d’un des deux ateliers, j’ai bien vu que les élus avaient conscience des dysfonctionnements existants. Ceci étant, vivre quotidiennement dans un quartier permet de mieux se rendre compte de l’importance des besoins. Ma place d’habitant dans cet atelier avait donc une réelle valeur ajoutée.
Grâce à cette rencontre, j’ai également pu comprendre la complexité d’un tel projet. Beaucoup d’acteurs doivent y être intégrés, le processus financier est lourd en terme de gestion, ce qui explique le temps nécessaire à sa réalisation. Je suis donc plus compréhensif, le maire ne peut pas faire ce qu’il veut, il y a énormément de procédures à respecter. »

Encourageriez-vous d’autres habitants à participer à ce type de démarche ?
« Oui, pour moi Noisiel est une ville où il fait bon vivre et pour arriver à un meilleur vivre ensemble, chaque habitant doit participer au développement de sa ville. C’est l’occasion de se servir de son vécu d’habitant pour donner son avis, exprimer si besoin son mécontentement, faire remonter des problèmes.
C’est également l’occasion d’apporter, pourquoi pas, des solutions nouvelles. »

Bruno Martin : « En tant que nouvel arrivant venant de province, cette réunion était l’occasion de mieux connaître Noisiel »

(29 ans, géographe, quartier de la Ferme-du-Buisson, locataire au sein du programme immobilier “Les Terrasses de Noisiel”, Noisiélien depuis septembre 2012)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la réunion d’accueil des nouveaux résidants, organisée pour les habitants du programme immobilier “Les Terrasses de Noisiel” livré cet été ?
Pour une raison simple, en tant que nouvel arrivant venant de province, je ne connaissais que le secteur de la Ferme-du-Buisson et de la gare RER. Cette réunion était l’occasion de mieux connaître Noisiel et sa réalité géographique sur le territoire de Marne-la-Vallée.

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec le maire et les différents partenaires ayant contribué à la réalisation de ce programme ?
J’ai trouvé que les informations étaient intéressantes. J’ai pu obtenir des informations sur Marne-la-Vallée en termes de superficie, de nombre d’habitants mais également comprendre le rôle de L’Épamarne et du Syndicat d’agglomération nouvelle. En effet, le San (NDLR : maintenant communauté d’agglomération) était pour moi une curiosité car l’organisation territoriale était différente dans mon ancienne région.
J’ai pris conscience que cette ville nouvelle propose une offre riche en matière d’infrastructures, d’offre commerciale ; elle a également l’avantage de proposer un cadre rural et une zone urbaine très étendue. On peut y passer une année sans avoir besoin de mettre les pieds à Paris.

Encourageriez-vous les futurs résidants du programme immobilier actuellement en construction à Noisiel, à participer à cette réunion ?
Oui, pour toutes les informations disponibles lors de cette réunion.

André Dorsimont : « Des réponses claires et directes »

(63 ans, retraité, quartier de la Mairie (Potager), Noisiélien depuis douze ans)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la réunion publique de quartier organisée dans le quartier de la Mairie en octobre dernier ?
« Dans la mesure du possible, je participe systématiquement aux réunions publiques organisées dans mon quartier. Je m’intéresse à la vie locale et ces réunions permettent de me tenir informé de ce qui se passe à l’échelle du quartier et de la ville en général. »

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec le maire et l’équipe municipale ?
« J’ai apprécié cette réunion, j’ai trouvé que les intervenants étaient à l’écoute des participants. Il était possible d’échanger ; les réponses apportées par le maire étaient claires et plus directes. Certains points abordés lors de cette réunion sont selon moi, encore trop longs dans la mise en place, je pense au réaménagement du marché du Luzard ou encore à une procédure de rétrocession en cours dans mon quartier pavillonnaire (NDLR : la municipalité a validé la rétrocession depuis cette interview). L’intérêt de participer à ces réunions de quartier réside aussi dans le fait qu’elles permettent d’assurer le suivi de tous ces points. »

Encourageriez-vous d’autres habitants à participer à ce type de démarche ?
« Evidemment ! Et, même si certaines personnes, pour diverses raisons, se sentent démotivées à l’idée de s’inscrire dans ce genre de démarche, cela me paraît indispensable de s’intéresser à la vie communale. Il est toujours bon de s’informer et de pouvoir échanger sur ce qu’il se passe ou va se passer dans son quartier et sa ville. »

Christophe Canezin : « S’informer et informer »

(38 ans, responsable de laboratoire, quartier des Deux-Parcs, Noisiélien depuis bientôt quatre ans)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la réunion publique organisée dans le quartier des Deux-Parcs en novembre dernier ?
« Mon épouse et moi-même sommes propriétaires depuis 2009 à Noisiel. Cette réunion me donnait l’opportunité de m’informer sur les projets en cours dans le quartier et plus largement dans la ville ; de comprendre également quelles étaient les orientations de la municipalité sur des sujets divers (social, travaux d’aménagement…).
Auparavant, je me tenais informé au travers des publications municipales ou encore par le biais du bouche-à-oreille. Cette fois-ci, j’ai préféré me déplacer à cette réunion car, selon moi, la présence d’interlocuteurs permet une meilleure intégration des informations. »

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec le maire et l’équipe municipale ?
« J’ai trouvé que l’échange était intéressant car on peut échanger avec le maire et donner son avis. Cela m’a donné l’opportunité de savoir ce que pensaient les habitants du quartier sur des sujets pour lesquels je me questionnais également.
Cela m’a permis de mieux me situer par rapport à l’opinion générale et de réaliser que si nous étions plusieurs à avoir les mêmes attentes sur certains points, celles-ci pouvaient être prises en compte par la municipalité pour des orientations futures. »

Encourageriez-vous d’autres habitants à participer à ce type de démarche ?
« Me concernant, la démarche a été progressive car c’est mon investissement dans différentes assemblées (conseil syndical, association de parents d’élèves) qui a éveillé ma curiosité pour ce type de rencontres avec l’équipe municipale.
Je ne peux qu’encourager les habitants, car c’est quelque chose de très important. J’ai d’ailleurs trouvé dommage de ne pas voir plus de jeunes présents à cette réunion. Ils devraient profiter de ce type de rencontres pour exprimer leur opinion. »

Yann Fouesneau : « Rencontrer le maire et ses adjoints »

(36 ans, éducateur sportif, quartier de la Mairie, Noisiélien depuis bientôt deux ans)

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la réunion “Bilan de mandat 2012 et perspectives 2013” organisée par la municipalité ?
« Je préfère m’intéresser au lieu dans lequel je vis. Je souhaitais aussi connaître le positionnement du maire suite à la récente transformation du Syndicat d’agglomération nouvelle en Communauté d’agglomération. Quels allaient être les nouveaux axes choisis par la municipalité par exemple en matière d’urbanisme et d’autres sujets.
De plus, je n’avais jamais rencontré le maire et ses adjoints. Cela me donnait donc cette opportunité.

Qu’avez-vous pensé de cette rencontre avec le maire et l’équipe municipale ?
J’ai trouvé que le bilan de l’exercice était très favorable à la population. On se rend compte de la mise en avant de l’aspect convivialité et de l’importance du maintien du cadre de vie notamment dans l’offre et la gestion des espaces verts. Selon moi, ce système de concertation permet à l’équipe municipale d’être en mesure de prendre la température, entendre et comprendre les questionnements de la population, cela est très positif.
Cette réunion m’a également permis de voir qui était le maire et surtout comment il répondait aux questions et je l’ai trouvé direct dans ses réponses. »

Encourageriez-vous d’autres habitants à participer à ce type de démarche ?
Chaque habitant devrait participer à cette réunion car cela permet de comprendre la situation de la commune et donc les orientations déterminées par la collectivité.
Je suis néanmoins lucide sur les difficultés de toucher toutes les tranches de la population et notamment les jeunes. Ce dont il faut être conscient, c’est que cette réunion a l’avantage de donner l’opportunité de poser ses propres questions et d’obtenir les réponses de manière directe.