site de la ville de Triel
Un documentaire à croquer, sans modération !

Éric Bitoun, réalisateur et producteur, ayant à son actif de nombreux documentaires et films, a collaboré avec plusieurs services municipaux pour pouvoir retracer l’histoire d’une réussite familiale, dans un documentaire intitulé “L’histoire fondante du chocolat Menier”.

La Rédaction : Comment avez-vous eu l’idée de réaliser ce documentaire ?
Éric Bitoun  : Le nom de la marque Menier résonnait en moi depuis longtemps. Je ne sais pas si c’est lié à un souvenir d’enfance ou à un plaisir gourmand plus récent… J’ai navigué sur internet et j’ai découvert de nombreux sites, probablement l’œuvre de passionnés, se faisant l’écho de l’histoire du chocolat Menier. Je me suis ensuite plongé dans l’ouvrage de Bernard Logre et Gérard Messence, “Chocolat-Menier, évitez les contrefaçons !”, tout en contactant le service municipal d’animation du patrimoine de la Ville de Noisiel, qui m’a aiguillé dans mes recherches. Je me suis très vite rendu compte que je tenais, entre mes mains de réalisateur de documentaires, un véritable sujet. L’expression est peut-être galvaudée, mais à travers l’histoire des Menier - l’histoire avec un h minuscule - on traverse un siècle et demi de l’Histoire de France - l’Histoire avec un grand H. Le chocolat Menier a rayonné pendant des années au niveau international, et cette réussite s’explique par l’apparition de trois générations hors du commun, qui ont su faire preuve d’un génie inventif.

La Rédaction : Vous avez ensuite dû proposer le projet à différentes chaînes…
E.B. : Effectivement, lorsqu’on réalise un documentaire, on est tributaire des chaînes de télévision. C’est grâce à elles que les différents mécanismes financiers peuvent s’activer : compte de soutien du Centre national du cinéma, aides départementales…. Au départ, France 5 semblait intéressée, mais le projet ne s’est pas concrétisé. La chaîne Histoire, du groupe TF1, nous a dit oui tout de suite ; puis nous avons eu un accord de la part de la chaîne Stylia, faisant également partie du même groupe.

La Rédaction : Le documentaire laisse la part belle aux témoignages, aux photographies et objets d’époque. Comment avez-vous procédé pour les recueillir ?
E.B. : Ces témoignages sont le fruit d’un méticuleux travail de recherche, réalisé avec l’aide du service municipal d’animation du patrimoine. Nous avons encore la chance d’avoir des témoins vivants de l’époque Menier, comme ceux de Jean et Gilberte. Ces derniers ont aujourd’hui respectivement 78 et 92 ans. Gilberte est entrée chez Menier en 1934. Ses grands-parents, parents, oncles et tantes ont travaillé à l’usine. Pour les photographies et les objets, le service du patrimoine, et la collection de Gérard Messence, ont été des banques de données extraordinaires.

La Rédaction : “L’histoire fondante du Chocolat Menier”, c’est également des prises de vues magnifiques…
E.B. : Nous avons effectivement la chance qu’il reste de nombreuses traces tangibles de l’époque Menier : en premier lieu, la chocolaterie, abritant aujourd’hui le siège de Nestlé France et constituant un bijou architectural au service de la production de chocolat, mais aussi les hôtels particuliers, la cité Menier…

La Rédaction : Comment s’est déroulée “la fabrication” de ce documentaire ?
E.B. : La période de tournage a eu lieu de septembre 2011 à juin 2012, de manière discontinue. Au final, il y a eu dix journées pleines de tournage. Il nous a fallu ensuite huit semaines de montage. La diffusion a eu lieu dans la foulée sur la chaîne Stylia au mois de novembre. Dans les prochaines semaines, il y aura également une programmation sur la chaîne Histoire. À l’heure actuelle, nous travaillons sur l’édition du DVD, qui devrait être disponible dans le courant du premier trimestre 2013. Nous souhaitons ensuite pouvoir vendre le documentaire à d’autres chaînes, notamment étrangères.

La Rédaction : Télérama a fait une critique très positive de votre travail.
E.B. :Oui, c’est très encourageant ! Selon moi, “L’histoire fondante du chocolat Menier” est un documentaire accessible au plus grand nombre et il permet également de mettre en valeur, à travers l’histoire des Menier, la Ville de Noisiel. Je conseillerais donc à chaque Noisiélien de le visionner !

Une diffusion à la Ferme-du-Buisson
Le documentaire d’Eric Bitoun sera projeté le 15 février à la Ferme-du-Buisson. L’objectif est d’ouvrir cette projection à tout Noisiélien, sur réservation obligatoire.
Les modalités d’inscriptions vous seront communiquées sur ce site internet mais aussi dans le journal Le Plus, sur les panneaux lumineux… dans les prochaines semaines. Tenez-vous informé !