Anciens réfectoires
site de la ville de Triel
Une femme, une histoire : Nicole

Cinq femmes Noisiéliennes se révèlent et se racontent au fil des mois. Retrouvez le témoignage de Nicole ici !

Portrait de Nicole (mois de décembre 2018)

" Je suis née en 1946, au Luxembourg. Mes parents ont racheté un bien agricole en France et se sont expatriés en 1957. Les débuts ont été difficiles. Au Luxembourg, mes parents avaient déjà une gazinière et une machine à laver. Arrivés en France, nous n’avions même pas l’eau courante. Nous avons également eu des problèmes avec l’école. Celle qui était dans le village le plus proche ne nous a pas acceptés parce que nous étions étrangers. Nous devions faire plusieurs kilomètres à vélo pour aller dans celle d’un autre village.
Après mon certificat de fin d’étude, j’ai passé une année dans ce qu’on peut appeler « une maison familiale ». On y apprenait à tenir sa maison et à s’occuper des enfants. Après, j’ai dû rester travailler cinq ans chez mes parents pour aider aux champs ou à la maison. Moi, j’aurais voulu faire un CAP pour devenir couturière.
Je me suis mariée fin 67. En 81, mon mari a demandé sa mutation en région parisienne. Il ne voulait pas que je travaille mais, avec l’achat du pavillon à Noisiel, j’ai dit que j’allais travailler un peu. Il a été obligé d’accepter. J’ai hésité entre contractuelle à la Ville de Paris et la RATP. J’aurais bien aimé être chauffeur de bus. J’ai passé mon permis auto à 18 ans. J’étais une des rares femmes à le faire. Mon père, après m’avoir dit « je ne vois pas pourquoi tu passerais ton permis ! », a finalement accepté. « Je t’ai inscrit à l’autoécole. T’as intérêt à bûcher maintenant ! ».
Simone Veil a changé la vie des femmes. Elle a, en particulier, su imposer la Loi pour l’avortement libre. Avant, c’était la galère. Les jeunes ne se rendent plus compte. Mes enfants, je les ai laissés choisir leurs études et leur travail. Si on n’aime pas son boulot, on y va à contre cœur. Il faut que les filles fassent ce qu’elles ont envie de faire ! Qu’elles ne s’occupent pas des « on dit » et des « ceci-cela » ! Pourquoi les gens critiquent ce que tu as envie de faire ? Dans ma vie, je me suis toujours un peu battue. Des fois il ne faut pas lâcher.
Lorsque je me suis séparée de mon mari, j’ai trouvé un appartement à la Pièce aux Chats. A 60 ans, j’ai été obligée de prendre ma retraite. Toutes les années pendant lesquelles j’ai travaillé chez mes parents, cela ne m’a servi à rien ! Comme beaucoup de femmes, je me retrouve avec une petite retraite."

→ Retrouvez les autres témoignages du projet : ici